Evolution et résistance des masses – le cas de l’e-édition

les_3_revolutions

Le pari de Voltaire, par Jean-Claude Heudin

[fautes corrigées, NDR]

Je me suis réveillé dans un pays que je ne connaissais pas. Cela m’arrive de temps en temps. J’ai cette capacité étrange de voyager dans l’espace et dans le temps. Cette fois-là, je me suis retrouvé dans une ville peu connue du nom d’Uruk. Cela ne me disait rien, du moins au début…

Et puis je me suis souvenu.

Uruk était une ville de l’ancienne Mésopotamie, dans le sud de l’Irak. J’étais remonté jusqu’en 3500 avant J.-C. environ, à l’origine de l’une des plus grandes découvertes de l’humanité. L’une de celles, peu nombreuses, qui ont changé la destinée humaine. En effet, depuis peu, les commerçants de cette région avaient adopté un procédé pour graver sur des pierres un inventaire de leurs biens, de leurs bêtes et des échanges commerciaux. Peu à peu, au départ purement comptable, ce besoin s’était transformé et certains avaient bizarrement commencé à écrire…

Cela ne s’était pas fait tout seul. Beaucoup d’entre eux avait du affronter les plaisanteries de leur entourage, voire une certaine agressivité. Le changement a toujours fait peur, quelle que soit l’époque.

« Pourquoi écrire des histoires et les figer dans la pierre, alors que l’on peut les raconter de vive voix ? » disait l’un.

« Je préfère écouter un conteur, le soir, en groupe, près d’un bon feu », disait l’autre.

« Pourquoi vouloir faire disparaître ainsi nos traditions orales ? » argumentaient certains.

J’ai bien essayé de les convaincre de l’importance de cet événement, mais la plupart ne m’écoutaient même pas. Après tout, je n’étais qu’un étranger de passage.

Quelque temps plus tard, je me suis réveillé dans une ville complètement différente. Déjà, il y faisait plus froid et il pleuvait. Les gens parlaient entre eux d’un certain Johannes Gensfleisch zur Laden. L’homme avait emprunté beaucoup d’argent, tout d’abord à son cousin, puis à un banquier, pour financer un projet complètement fou. Malheureusement, la mise au point de son invention avait pris plus de temps que prévu et les résultats des ventes étaient plus que mitigés. En clair, il était en faillite et il avait beaucoup d’ennuis…

Et puis j’ai compris.

Celui dont le projet était voué à l’échec n’était autre que Gutemberg. J’avais atterri en 1452 à Mayence en Allemagne, au moment même où il imprimait les premières bibles.

« Cela ne va pas marcher… » disaient les gens d’un air entendu.

« Je suis trop attaché à la sensation du parchemin et au travail artistique des copistes », m’avait confié un moine.

« Comment peut-on envisager un avenir où les livres ne seraient plus copiés par des humains mais par des machines ? » s’inquiétait un membre éminent de la haute société.

« Pourquoi autant de livres ? La plupart ne savent même pas lire ! » me dit un passant en haussant les épaules.

J’ai bien essayé de les convaincre de l’importance de cette invention, mais l’animosité était palpable. Je me suis dit que si je continuais ainsi, j’allais terminer sur un bûcher. Alors, je n’ai plus rien dit.

Ces temps derniers, je n’ai plus vécu une seule de ces expériences spatio-temporelles étranges. Alors j’ai repris le cours normal de ma vie. Le week-end dernier, j’étais invité en tant qu’auteur par l’association Délires d’encre pour le festival ScientiLivre près de Toulouse. J’ai signé quelques dédicaces. J’ai également animé une conférence sur « les enjeux du livre numérique ». Il y avait une centaine d’auditeurs… Bon, d’accord, une bonne cinquantaine, mais il faisait très beau et très chaud à Toulouse en ce dimanche d’octobre.

Et là, d’un seul coup, j’ai pris conscience que l’histoire se répétait à nouveau.

J’ai eu beau argumenter sur l’importance de la révolution numérique, du    « changement de monde » dont parlait Michel Serres l’année précédente au même endroit, j’ai bien vu les mines renfrognées de certains.

« Les jeunes ne lisent plus et ce ne sont pas ces machines qui vont changer quelque chose », m’a dit un vieil auteur dont je ne révélerai pas le nom.

« Je suis trop habituée au livre et à la sensation du papier », m’a confié une jeune femme qui se destinait à une carrière dans l’édition. « J’espère que je trouverai du travail après mes études », a-t-elle ajouté, visiblement inquiète.

« Vous êtes bien trop optimiste ! » m’a dit une autre personne.

Et bien, le croirez-vous, je suis parti plutôt rassuré.

 

Jean-Claude Heudin

est directeur de l’Institut de l’Internet du multimédia et le fondateur de Science eBook. Il est l’auteur de nombreux articles scientifiques au niveau international ainsi que de plusieurs ouvrages dans les domaines de l’intelligence artificielle et des sciences de la complexité dont Les créatures artificielles et Robots & Avatars aux éditions Odile Jacob. Son dernier livre Immortalité numérique : Intelligence Artificielle et transcendance est disponible sur les plateformes suivantes : science eBook, Amazon, Fnac.

							

A famous philosopher’s house in Chambéry – Jean Jacques ROUSSEAU

Charmettes 03

Charmettes 01

A few minutes by bike from home is the former « countryside property » (as it was considered at the time) of Madame de Warens.

She was the rich ‘protector’ of the young Jean-Jacques freshly arrived from Genève, in the nearby Switzerland. While he had an official occupation in the Chambéry city administrative services, he spent a lot of time in contemplating the exceptional nature surrounding the city and in which you are totally immersed into, as far as you walk a few paces out of any street…

Charmettes 19

This naturalist’s approach which was new at the time led him to jump to his reflections about human nature, then the human society and it grounded most of his future work.

Charmettes 22

Note that JJ Rousseau is buried in a stone grave placed on a small islet of Château d’Ermenonville park, far from the alpine foothills where he discovered the principles that made famous through the past two centuries, read around the whole world and inspirational guide for many modern democratic societies.

Charmettes A

People come in number from ALL OVER THE WORLD just to visit this house, which is symbolic of the philosopher’s inspiration.

The mansion of Madame de Warens is also visible in Chambéry downtown.

Charmettes 25

The small mansion above the city, called « Les Charmettes », is kept by the Municipality as an open museum where exhibitions themed around Chambéry and Savoie are often organized.

Charmettes 06

Everyone can visit after downloading a thematic guiding app that will drive you through the different rooms and the gardens. Tablets are also lended free of charge for those who dislike smartphone use. Google Play and Apple Store provide « Charmettes », « Rousseau à Turin », « Guidigo » (for kids) for download.

Charmettes 10

Bio of the writer-philosopher and vdo 360° are available on the Muni official website:  http://musees.chambery.fr/416-les-charmettes-maison-de-jean-jacques-rousseau.htm

Charmettes 24

After reading, you will learn that young Jean-Jacques was tought about other matters than just litterature and sciences by Madame de Warens… Kind of Natural Sciences for sure. Think about it when you will visit the bedroom and its alcova fitted with a small escape door…

Charmettes 13

Charmettes 15

Here is just an overview, with pictures shot outside the busy touristic season (summer), which allows for deserted rooms picturing.

Enjoy the tour and try to arrange a real visit the next time you are about to be in Chambéry.

 

Charmettes D

The modern way of « writing », 200 years later: I build a Kindle eBook with a handheld Tablet PC, designing the cover on screen with a stylus just like drawing on paper. Then I upload it wirelessly toward an e-commerce giant (Amazon.com) which arranges almost instantly its distribution all over the world…
I wonder what Jean-Jacques Rousseau, who witnessed the early rebirth of Sciences in the XVIIIth Century, would think of that.

Antique Scherping SxS of rare historical value

I have built a dedicated website about my weapons’ collection best piece, an old 120+ years Scherping hunting shotgun with the unique feature of having being pre-owned by TWO emperors!

Wilhelm II last Emperor of Prussia, deemed as responsible for the priming of WWI, firstly. His son, the heir Crown Prinz Friedrich-Wilhelm, secondly. Both were forced to abdicate and exiled in the NL – and this is where a pair of nicely adorned & engraved shotguns changed hands to subsequently enter in my family possessions…

The shotgun was meant to protect our Provence wine property, from the top of the ‘tower’ where my grandfather had his main bedroom. It seems we just fired it once, some 40 years ago, with plain hunting ammo.

The piece is currently under evaluation by Christie’s London to be auctioned soon.  It will enrich the collection of some private collector, or of a museum…

Emperor Wilhelm II   640px-Wappen_Deutsches_Reich_-_Reichsadler_1889.svg

Imperial Monogram of Kaiser WilhelmII.svg      Kronprinz_Friedrich_Wilhelm

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Been there, done that, met them… Slices of my life 1985-2016

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Megève, July 2015

(dispensable) Introduction

Why 1985?

I was born the year the Beatles, the Rolling Stones formed and EON Productions launched the first movie adaptation of  Ian Fleming’s 007 brit spy. Stanley Kubrick released a pertinent Cold War comedy « Dr Strangelove » featuring Peter Sellers in an astounding triple-character performance. Marylin Moroe commited suicide, Ferrari issued one of the most collectible cars to be 40 years later while Disney made familial audiences smile with a special version of the popular VW Beetle.  If you cannot get immediately which year it is… you are really young madein62

 

 

 

Beatles+Stones   Rolling Stones 1962
Dr No (1962)

Dr No 2bond-007

Dr Folamour_titre   Miss ForeignAffairs 3

2012-10-22-October_23_1962_President_Kennedy_signs_Proclamation_3504_authorizing_the_naval_quarantine_of_Cuba   800px-Monroe_in_1952_larger

So, why 1985?

– Firstly,

1985 is the year I did quit with my boring University tuition time to prepare the entry in the neverending School of Life, after a short tour in Freiburg, Germany for my military duty.

The Quartier Vauban where I served the first part of it is now a famous eco-friendly residential area I would not recognize… It inspired to me this report in an e-journal I was running from Bangkok, Thailand… 22 years later:

Réforme de l’Armée _ France geignarde vs initiatives dynamiques

– Secondly,

available pictures from this time are just scarce! It lasted long until I got my first digital camera – far after the basic stuff I purchased for the office in 1999 already (a Sony Mavica big as a Polaroïd photoprint camera, writing on a 3.5″ floppy disk poor VGA pictures… was just OK for the basic work at the Realty).

Sure there are 1,000s of dias available from the family argentic Chinon CE-4 Reflex, following an antique Voigtlander Vito CLR 24×36 that eventually passed to my hands for a time – but it will require many rainy days to sort out & scan them all…

Even when starting my first travels alone, I usually favored disposable cameras (sometimes waterproof) that were of no noticeable weight in my luggage, since my old 1990 Reflex  weighed 1Kg with its small 35-70mm zoom:

Praktica_BMS & zoom 35-70 mm (revendu 2005 avec sacoche Tanaka Firstline)Praktica BMS electronic (here with a standard 50mm lens)

(I sold for cheap this potentially collectible PRAKTICA from the ex-communist Germany after the fall of the Iron Curtain. Shall I have kept it? The inconvenience of traditional imaging makes it a strict 100% passionate supporter’s tool…)

 

If I had a Nokia E61 « smartphone » as early as 2007, when most people around did not even know the name, I declined the € 100.00 extra for a poor 2Mpx built-in cam… Waiting for better choices.

I had already the cute Enigma 2.0 from Digital Dream, a tiny ‘spy’ cam all in aluminum -mind you- that costed me some € 20.00 (just like the mandatory SMC card of just 64Mb…):

DD Enigma 2.0taille mini

And soon after, I had also the micro-Cheez’Snap cam,

Che'Ez Snap

a gadget that shot fair pictures despite its ridiculous size. It was so small I wore it as a pendant and could operate it with thick slalom ski gloves, even while using the skilift:

1er jour de ski 3-2-2007

13-3-2007 piste Bartavelle & vallée des Allues

13-3-2007 Roc de Tougne2

(on Meribel slopes, 2007)

The Enigma still serves today as a spare came for my aunt, but the SnapCam died of the common disease of this toy: a premature wear of its sealed battery.

I then purchased more serious stuff in 2007: the nice, big-zoomed Panasonic Lumix FZ8 (7Mpx) and later, end 2009 the Olympus μ Tough 8000 (12Mpx), whose resistance is outstanding (33ft waterproof, 2m fall-resistant, 100Kg crush-tough,…)

Panasonic DMC-FZ8 Olympus mjuTough-8000 Olympus myu-Tough 8000

And of course, all my other subsequent smartphones carry a cam which is of help for most occasions of daily life – without the burden of carrying any sturdy additional equipment…

Then came the next worry: store and sort out, crop, resize, adjust… the countless pictures shots – that stay « free » since the initial craze to print them on special $$$ paper from a costly A3 photographic quality printer, faded…

And the best…. the ubiquitous Internet resources allow to find very quickly so better pictures from your vacations’ visited places… Google Images, Panoramio, Flicker, Instagram…  provide a welcome help that renders recognition of your own work often awkward!

Talk about lack of free space? a N.A.S. loaded with several Tbs of server-quality heavy-duty hard disks helps to get rid of the past storage worries. I shall total almost 10Tbs storage space spread all over my digital stuff today, all in all… Not that I need it all yet, but duplicate backups can be performed at will – and I know that it will be full sooner or later anyway.

Most of all, I like the way all my data are available from anywhere in the world…

Asus M-25 lit

So… here is a selection of pictures trying to summarize some 30 years:

What do we have in store?

2 marriages, 2 divorces (the same wife), many GFs, employment positions & business ownerships and even more places of residence, lots of cars, motorbikes, travels, worries of all sorts and a brain that can remind the smallest details from age 1.5yr up… Digital data just help to assist, but do not compare to the human neuronal cells performance – for now.

However, I like to think that my hard disks will remind me of my good early times when I will get really old and my memory will start leaking.

Still OK & fit for the ladies who will care… here is my Badoo profile:

https://badoo.com/profile/0430579263?from_my_profile=1

For more serious inquiries for simple friendship or for business contact, spot me on Facebook and LinkedIn

———————————————————————————————

My native city – Chambéry, Savoie, France           85Km to Geneva

Chy-Chau

Chy-Chau La Bathie

Chau la Batie aquarelle - 1994

 

I love biking – practicing irregularly since 1981

Honda_XL_125XL 125 >> 145   Honda ST 70_annexe_motorhome_1981-1987ST 70

Pourrières - Yam XS750 - 1985

Pourrières - avec Chantal (photo FBlanc) - 1985XS 750 E

I used to be a sailplane- then aircraft- & parasailing- pilot too, in my village (famous airfield for soaring, ICAO code: LFLE ). Learning to fly, from Easter 1986 on:

CSVVA-Challes-carte_postale

décollage ASK13-3-1988

Challes aéro 3-1988

Suzuki 1988

Vallée Blanche - 1987

MB Vallée Blanche - 1987

Vallée Blanche 1987 - photo JB1987 Mont-Blanc ‘Mer de Glace – Vallée Blanche’ skiing tour

en route vers le Sud avec Loïc - Sisteron - 9-1987

Aix-les-Bains, our boating summers change from daily trips to ‘lakeside residents‘ full-time class from 1986 on:

Aix_Villa Forestier + Sabine F 20-8-1988Villa Forestier, 1988

Christophe & moi - Grésine 1988

Suzuki GS1100G & Rover 3500 - Challes 1988Rover 3500 & Suzuki GSG 1100

Grésine - 1990Porsche 924

Challes aéro - 5-1990très retouchéeASW 20F

 

1992, first long haul travel with a biz partner to meet local friends in Canada we hosted in our offices and home during the 1992 Olympic Games in Albertville ; main aim was about studying wooden houses import:

747-400 Air CanadaB 747-400 Air Canada

Montréal

Canada 1992 - Montréal - 1000 de la Gauchetière (avec patinoire) 1000, de la GauchetièreCanada 1992 - Montréal - tour_miroir

Mont-Tremblant resort lakeCanada 1992 - lac Tremblant2Canada 1992 - MB devant un KW dans les Laurentides

HD fun in TorontoCanada 1992 - Toronto - MB & HD Canada 1992 - Toronto - prêts au départ Canada 1992 - Toronto CN Tower & Skydome

Aix-les-Bains lake

planche 1990

planche2 - été 1990

planche3 - été 1990

voilier - 1998

Grésine-3 - 1998

ski-1- été 1998

préparatifs K6 - été 1993

Challes K6 - 11-1993

ASK6 - 11-1993

survol chapelle StMichel-K6 1993

survol chapelle StMichel K6 - 1993

From 1992/1993 on: starting also aircraft piloting. Enjoying both sailplane and aircraft flying on the same airfield the same day, was a real privilege

Tomahawk PA-38

Rover 1993

End 1994 new assignment: Les Deux Alpes near Grenoble

station 2Alpes - 1998MB,Maman, Maude - 2Alpes 1995CristalAir Piper PA28 (1)CristalAir Piper PA28 (2)

1996 Canary Islands – family meet-up in Tenerife

Canaries - plage Las Americas - nov 1996 Canaries - côte Nord Teneriffe - nov 1996

1998 – discovery of S.E. Asia:

744 Thai
flight almost direct LYS-FRA-BKK-HKT, to Phuket Intl airport
  Phuket Intl ctrl tower

Phuket port principal 1999

Koh Pee Pee & Phi Leh Phuket plage Patong 1999

Phuket PhiPhi Don plage Lo Dalum 1999

Phuket baie à PhiPhi Don 1999

Phuket plage Maya (avant le film La Plage) 1999

SamuiUSM-PG-landing

Samui - jungle

Samui satview

Bangkok 

BKK River wat Arun 3

Chao Phraya river, Bangkok

BKK CBD2

BKK avenue

BKK CBD night 2

BKK - South view (RCK)

SONY DSC

Pattaya

Pattaya soi Pattayaland2 1999

Pattaya nights... the Supergirl a-gogo, 10-1999

Sept. 1999…  

B747-243 Alitalia Bulgari

BKK-CNX direct to the North Thailand – Chiang MaiChiang Mai vue de Doi Suthep 1999Chiang Mai vieille ville bastion NW & Doi Suthep 1999

Chiang Rai, Golden Triangle, Burmese border

Maekong au Triangle d'Or - 1999

Chiang Rai - rivière au NW - 1999

Chiang Rai - centre - 1999

Chiang Rai - chedi, wat Phra Keo - 1999

Chiang Rai - wat Phra Keo - 1999

Mae Sai - frontière birmane - 1999Shot at the Burma border gate by my friend Venussarin, after a short trip in the then very secluded country…

Chiang Rai - rocher calcaire - 1999

Chiang Mai rue en construction au Sud 1999
Chiang Mai future developments land (Lanna Village etc.)

Phuket – Karon beach

Phuket plage Kata 1999

Phuket téléski Patong 1999

Phuket port principal 1999

Phuket baie à PhiPhi Don 1999

Phuket plage Maya (avant le film La Plage) 1999

Phuket PhiPhi Don plage Lo Dalum 1999

Sukhotai airport THSSukhotai l'aéroport 1999

Historical city park (+70 ha)

Sukhotai parc historique 1999

Sukhotai temple vers parc historique 1999

Sukhotai rizières vers parc historique 1999

Chiang Mai ‘Old City’ walls & small public parkChiang Maibastion NW & CC Kaad Suan Kaew 1999

Chiang Mai jardin public vieille cité Sud 1999

PattayaPattaya Park Tower2 1999

Pattaya Park Tower4 1999

Pattaya Park Tower6 1999

Pattaya Park Tower7 1999Pattaya Park Tower: enjoy the scenery & jump down from the 200m rooftop

Riding a rare 1988 Vmax:Pattaya Beach Rd 1999

Pattaya Million year stone Park1 1999

summer 2000…

744KLM-1

direct flight BKK-CNX BKK A330 pour CNX 2000

Lampang petit temple 2000 Lampang maison traditionnelle 2000

Picturing my future wife at the Hot Springs near Chiang Mai:Chiang Mai - DK_hot springs 2000

Chiang Mai - MB_hot springs 2000

DK_Mae-Fang NP 2000

Pattaya – old fishermen harbourVmax-2000-Pattaya, Fishermen Harbour

summer 2000 – Les Deux Alpes

14-MB-DK trottinette 16-8-2000

13-DK grasscart 16-8-2000

10-DK Jandri 16-8-2000

11-DK JandriExpress 16-8-2000

11-DK ski 16-8-2000

9-MB-DK ski 15-8-2000

summer 2000 – Aix-les-Bains lake

lac_bourget_entier

Grésine 2008     16-MB-DK bateau 8-2000

24-MB-DK île 8-2000

26-DK bateau 8-2000

20-MB-DK flotteur 8-2000

54-MB-DK île aux Cygnes 24-8-2000

41-MB-DK avion 23-8-2000 2

LFLB 8-2000

end 2000 – new assignment in Meribel.   Les Allues village:

village 26-2-2207

village 31-3-2007 chute du 30 au soir (15cm)

MB_par_So

first marriage in 2001Town Hall 2001

Panda Allues 2003                  827SC_2007

bouée-2003
VanVan-MB_26-6-20052003-2005: the new Suz’ VanVan 125 to enjoy the local roads & trails
827SC+Vmax (5-2004)
2004: the last Vmax 1200 sold in France (see specific detailed report in this blog)
Vmax Belley 2004
first break-in day 31 May, 2004
9-2004_Foire_Chy3
9-2004_Foire_Chy2
8-10-2004_Cassis3
10-2004 Cassis - excursion calanques24

Sept. 2005 – resuming travels in TH

744QF-1BKK

(website pix) Chao Phraya River

(website pix) Menam hotel river restaurant

(website pix) Menam hotel pool

Menam pool

BKK_night

BKK CBD night

BKK CBD2

BKK CBD dusk

BKK LumphiniBKK avenueKONICA MINOLTA DIGITAL CAMERABKK River wat Arun 2 BKK_traffic 6

SONY DSC

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERASONY DSCAgain in Samui 7 years later…

bungalow_Samui-Resotel

Samui_Natien Resort

colline_Nang Yuan

îlot central_Nang Yuan

Koh Nang Yuan coraux5

Koh Nang Yuan coraux3

Koh Tao

BKK – back in Bangkok with the GF. Ratchada area, my future place of living (see 2007-2008 sections)


2-Ang_the pool

6-Ang_LimaCoco +bungalow

16Ang_speedboat_departure

19-Ayutthaya - wat Phra Ram

28-Ayutthaya

40-Bang Pa In

46-Bangkok_storm

29

Sept. 2006, Pattaya weekend with the next GF
Thaisubmarine4sub tour off shore Pattaya (turbid & poor waters, nothing to see)

Thaisubmarine30

48

35

April 2007:    last winter in Meribel

Meribel 27-2-2007

par Guy Pagnucco

DSCN1451

DSCN1452

DSCN1454

Sept. 2007   vacations & pre-relocation travel in TH

wat Arun - view from tha Tien

colonial style office

sunset on river

Siam Paragon Plaza

Siam paragon walkway by night

Central World Plaza

Pattaya Walking Street2
Pattaya break, one big weekend without the TGF
2007 Vmax@Pattaya
Eric, Fone, Joy-1

Joy & me-3

Oct. 2007 – actively preparing my relocation in Thailand with my biz partner and our girlfriends

 

Nov 2007 – relocation ; my area, Ratchadaphisek Rd // Fortune Town

(see detailed pictures report in this same blog)

CP_Fortune Town (2)

CP_Fortune Town

CP_Fortune Town mall

CP_1

my offices tower, very convenient near my home
CP_3
CP_4
offices view, 25th  &  23rd FL
Enigma_pix1
8-Fortune_Town
6-Bangkok at dusk
5-Bangkok _dusk
official offices & HQ at Sunbelt Asia 25th FL (mine is just below left, but I used to sit at others to enjoy more view) – several cubicles rented for our growing staff
P1000963
office_sundayAM-17-11-2007
BANGKOK - Eric sur mon TabletPC 11-2007
new offices of our own, from February on (23rd FL)
2-accueil
11-salle_réunion2
14-salle_centrale
7-entrée_bureaux3
near my home17-autre vue
18-mon immeuble
20-autre vue
19-mon studio
a 360° cloudless view of BKK after a winday day, from the tower roofCP_rooftop view (19)
CP_rooftop view (16)
CP_rooftop view (14)
CP_rooftop view (13)
CP_rooftop view (9)
Bangkok-skyline (MB)
Bangkok-skyline dusk (MB)
Bangkok-skyline SW (MB)
BKK by night around Xmas & EveSt-SYL_Esplanade-Ratchada_23-12-2550 St-SYL_Central World Xmas_tree_31-12-2550
StSYL_Siam Paragon12
StSYL_Siam Paragon11
StSYL_Siam Paragon10
StSYL_Siam Paragon9 StSYL_skywalk near Gaysorn soi
StSYL_Siam Paragon8
BKK life & views (are not my pictures)BKK_traffic 3
BKK_storm
BKK-CBDBKK - traffic (tiltshift)
BKK CBD1
BKK Chao Praya
BKK CBD2
BKK CBD dusk
BKK CBD night
BKK CBD night 2

2008 – back in France

827SC BE (Johnny) 1

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

MB-tricks 2011

wski 2011 (10)

MB ski-2 - 1997

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
When new, back in 1993, I clocked this boat @ 102km/h… near the capsizing limit – trim full out and hull nearly all outside water! Propeller was a long pitch OMC SST with Teflon black coating

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERABourg St Maurice, winter settlement – motorhome, MTB and duty car
La Plagne & MtBlanc Plagne 1970 – view on Mt Blanc from office #2 (no view from mostly underground office #1 in Bourg)
La Plagne_nuit Plagne 1970 – night animation
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Tignes

2010 – ex-wife is back

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

2012-05-03 12.57.21

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

mid 2012 – new assignment in Megève
Mt-Blanc 29-12-2012logoMVV
second marriage, in Megève 2012mariage 2 MVV
IMAG0361
MVV 2013Sapin_MVV OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAMegève 2013

end 2013 – our business in MegèveOBE 3

+ my business place in SwitzerlandSierre_Géronde

Geronde

2014, Switzerland

OLYMPUS DIGITAL CAMERARaquette (and fondue…) tour with staff, friends & wife in Vercorin

DK+MB_mariage JS-DL 23-6-2014

Winter 2014-2015…

MB2012

MVV W 2014

MVV ouverture saison 2014-15

Summer 2015…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

July -August 2015, a hot summer

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

big fishes are used to see me snorkeling around

OLYMPUS DIGITAL CAMERAGlacier erratic stone immersed near our place

left there by MtBlanc glaciers some 15,000-40,000 years ago

(~25m offshore, ~2.5m deep. Can stand up on it when swimming)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

ridges detail

OLYMPUS DIGITAL CAMERAglacier stone / surface combo pix

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

my weekend ‘office’ with view…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

MB 2009_1

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Short but good, sunny & warm  nautic sports season 2015

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Exit this one. The next GF (and myself) did not wish our pictures to be visible, so there are none here

Genesis of a new ‘Kindle’ eBook cover

FdJMc

Now I write electronic books, since I have learned professionally how to produce Kindle eBooks…

Jeff Bezos’ Amazon just revolutionized the press edition like no one did since Gutenberg.

Grinding teeth from the traditional editorial sector are typical from an overweighted ‘industry’ mostly unable to renew itself when facing the digital revolution. Print dinosaurs will die soon, as did their musical counterparts – and from the same sheer stupidity. Only the most clever ones will survive, after a deep renewal of their ways & practices.

 

I follow a contrary-process marketing path to write, edit & publish my books: after having noticed a need related to some topic, I gather my own informations thereabout, ad the needed complements and then deliver something catering to that expectation.

Typical author process is to ink his own beloved project hoping it could meet readers expectations – hence the unsold stocks, returns-to-editor prints and induced overheads of said industry…

Of course, I choose a subject that I FEEL LIKE to write about… And I think that producing content one is not fully involved into would not be very successful in the end.

However, I have no unsold stocks to worry about – and no overheads whatsoever (after having invested some cash in the tuition and continuing to document myself for countless hours).

Ah, and to the reluctant lovers of 100% print books:

  • I have never purchased so many prints than since I am interested in the electronic book business. Beautiful books, large format artistic editions etc. simply cannot be replaced by a 0-1 file. And I love to have books everywhere in my home just like music CDs and DVDs-BD discs ; but to enjoy them, digital files come so much more handy…
  • any of my eBooks can be PRINTED TO ORDER to your exact requirements (soft or hard copy, size, paper quality,…) since Uncle Jeff [really a full-radius genius] provides you with CreateSpace, an Amazon branch that will deliver from 1 to any number of prints if so you desire. Any other objection?

Way to go…

Someone wisely said that elevators did not suppress simple stairs

Okay?

Here is my current offer available on the Amazon Kindle bookshelf:

(click any item to open relevant Amazon page)

1- THAILAND GUIDEBOOKS

My best-seller often shows in the Amazon ranking first, in front of LonelyPlanet guides

AUTHOR’S PAGE

(I use various pseudonyms that are common in the business and respond to specific needs)

WBriard_author page

EBOOKS
TH1TH2

TH3

TH4

2-DATING SITE GUIDEBOOKS:

AUTHOR’S PAGE

NGeraldo_author page

EBOOKS

Badoo1

badoo2

Some of my soon-to-come eBooks:

Society:FdJMc Sci-Fi:MissionT Erotica:XpatEro

 

How was designed the cover for the society case study:

 

coverArt

1975: the music band founded 1967 by Mick Fleetwood and John Mc Vie (hence the band name) is short of inspiration after having ruled the Blues UK scene with John Mayall, Peter Green, Bob Welch…

Time to look for new ideas… in California.

Once there, they incidentally meet expert guitarist & vocalist Lindsey Buckingham, in couple with singer Stevie Nicks, both looking for some recognition their first self-titled album ‘Buckingham-Nicks’ did not meet.

Lindsey is hired and brings exceptional talent for renewing the old Blues band, resulting in a 1975 album simply titled ‘Fleetwood Mac’, just like it was a re-birth.

It was in fact and the impact of the band, now tinted with a hint of country/folk roots brought by the 2 Americans in modernized pop-prog rock bases, begins to gain broader audience.

1977 ‘RUMOURS’ : the thunder of a world success

When Rumours was recorded, the love affairs and breakups within the band went to a point that the whole album is litterally grounded on them.

The album was the BEST SELLING LP of its time – when NO MTV, NO real worldwide mass market, NO internet means whatsoever helped to sell… So the better scores attained by folks like M. Jackson (‘Thriller’) or Meat Loaf (‘Batt out of Hell’) absolutely do not compute the same – IMHO.

RUMOURS is +40 million copies sold to date…

This album calls to all audiences, all ages, because it is not only a perfectly mastered piece of pleasant tunes, it is also a piece of love tales, live romances, tearful separations and life joy altogether.

11 tracks, very varied, with different vocalists, that will sound forever as the true imprint of this turn-of-an-era between the 60’s and the 80’s. Bill Clinton helped revive the famous ‘Don’t stop’ track as the theme for his second presidentials run.

To the eventual cruel questionning about « what sole music album would you bring on a desert island« , from my 500 artists / 1,450 albums / 15,000 tracks discotheque I own so far, my answer would be without an hesitation: « RUMOURS« .

A famous LP cover art

Are you fascinated by album cover arts? I am.

I have always been questioning myself about possible meanings hidden behind cover arts, whether there really was any or not. Hence the hours of staring at every detail of Led Zep’, Kiss, Stones… albums looking for clues!

‘Rumours’ cover made no exception ; Mick Fleetwood in his stylish hidalgo suit, standing tall to the tiny Stevie Nicks and presenting a mysterious crystal ball, was a kind of an iconic art to me.

In 1987, I picked up a Tee matching the exact beige color of the cover background. I had instantly the idea of making my own « 10th anniversary » personal ‘Rumours Tee’ with Themco paint tubes (a labor of patience…).

Remember that no digital transfer like we can do at home today with special print paper was available at the time! Computers were mostly non-graphic, rarely Windows-compliant primitive devices…

So it is totally hand made! I could hardly get a perfect white covering on the beige fabric background, but I am satisfied with the half-transparent rendering of Nicks’ cape. Specific lettering of the band name & album is okay too.

So there is no surprise that I had another idea for this much beloved graphics.

Much, much later…

I wanted to use the specific lettering for an eBook title that would be like ‘hidden’ at first look  in the well-recognizable font curves.

And the image of the long, tall male towering a sexy lady in strange clothes array could be evocative of the topic covered – to a certain extent. Male-female confrontation with some sexual tone (and Mick had also a short-lived affair with Stevie when she broke from Lindsey…). So I found the implied message interesting for my eBook dedicated to Swiss prostitution de salon.

Here is how the Rumours cover art was turned into my own ebook cover: 

partly visible here (sorry, no other pix available yet), the beige Tee with the original handpainting – fully detailed further down:

MB & Maude - été 1990 

  motif RumoursMB

HiRes Tee digital picture was then uploaded in CoverMagic and integrated as a a book cover, with desired title, editor… fonts & all:

cover_authorjpg

At this step, the cover is ready  (Tiff format) but ‘flat’. Use is made of PhotoShop Elements empty 3D templates to gain a 3D + shaded effect, after distorting the image to fit in and manually adjusting edges details:

coverJPG

Et voilà!  We have now a 1000 x 1000 px cover meeting the requirements for the Kindle platform. Far enough for the thumbnail tiny preview and optional enlargement view. Size was further revised to 1000 x 1400 for a better look

Soon available in swiss/french language on the Kindle Direct Publishing catalog. Direct link to come!

Rumours MB PNG HiRes -READY TO PRINT-

Megève – Salon de relaxation Orchidée Bien-Être

logoOBE 3

Le salon ouvert en novembre 2013 juste à côté de la Poste a vu  son site web désormais barré d’un panneau d’avertissement que j’ai ajouté : l’exploitation en a été récemment ARRÊTÉE.

Le bail dérogatoire n’a pas été suivi du bail commercial prévu, puisque ma femme n’entendait poursuivre ni son activité, ni la vie commune. D’où le 2nd divorce en cours – et cette fois c’est le dernier, malgré les vannes de beaucoup [surtout les filles…?!] sur le thème « jamais deux sans trois » et autres platitudes peu inspirées. Ainsi s’est arrêtée le 13 août 2015 l’activité du seul salon de relaxation sur Megève à offrir toute l’année des massages thaïs authentiques – mais l’Hôtel Les Fermes de Marie, en saison, propose l’équivalent.

Image

La dernière Vmax 1200 neuve de stock vendue en France

attelage 827SC & Vmax 1200 - Deauville 5-2004

Un trajet de 1800 Km aller/retour avec la remorque au derrière, mais pour avoir la dernière, on se bouge !    30 mai 2004. C’est la dernière des 100 Vmax modèle 2003 contingentées pour la France avant retrait d’homologation ; toutes ont été achetées et immatriculées par les concessionnaires – celle-là, en expo dans un des 3 magasins d’Alain Motos en Normandie, a été oubliée (!) jusque début mai. Le premier à l’avoir réservée… l’a eue

 

Vmax-MB

Maude - May 2004

Vmax-6-2004-1

Vmax-6-2004-2

Style 100% stock : comme seul ajout avec les pare-cylindres (origine Yam), un porte-paquet en alu taillé CNC de chez MEK, sigle ‘Vmax’ ajouré (171 € sur mekshop.de)

…le VanVan pour aller au bureau par les p’tits chemins de Meribel n’est pas jaloux :

VanVan-MB_26-6-2005

9-2004_Foire_Chy2

9-2004_Foire_Chy3

Ma Vmax, c’est une vieille histoire déjà et un rêve inavoué ; annoncée et présentée dans la presse moto dès l’été 1985, elle était tellement en rupture avec la production du moment que dès cette époque j’en voulais une. Je l’avais en photos dans mon studio dès son arrivée en France, début 1986 ; mais à 56.000 Fr le bout, je m’étais replié après avoir bien négocié la reprise de ma Yamaha XS 750 sur une Suzuki GS 1100G, vendue au prix imbattable de 34.645 Fr…

Exit l’envie d’une Vmax pendant de nombreuses années, d’autant plus que j’allais arrêter la moto au profit des automobiles. Et même, je trouvais parfois la Vmax pas très belle… La raison en venait de son style « à part », comme on va l’analyser plus loin… Cette machine ne peut pas se ranger à côté des autres motos très classiques comme celles que j’avais eues.

Et puis, mes voyages en Asie ont remis la Vmax dans mon radar :

A Pattaya, je faisais le kakou en Vmax dès 1999 :

Biking_in_Pattaya, 1999

Pattaya, Beach Road cruising

Vmax-2000-Pattaya, Fishermen Harbour

Pattaya, 2000 – Fishermen’s Harbour

Pattaya Park Vmax10

Pattaya, 2006, en week-end avec une ex – Vmax toujours, une BlackMax.

La cop’s découvre ce qu’est une vraie moto et en redemande, au point qu’on passe la moitié de nos nuits à foncer d’un music-bar à l’autre, du Bamboo Bar à l’Easy Riders Pub, rien que pour le plaisir de faire vrombir cette machine à sensations. Rock’n roll attitude ! (la scène musicale thaïe est excellente)

————————————————————————–

HISTOIRE RAPIDE de lavmax-logo3

 

vmax 1986

Une moto que tout le monde connaît et reconnaît, bien plus encore que les célèbres Honda Goldwing et Yamaha XT 500… Et dont la carrière a duré 21 ans sans changement majeur, ce qui est unique dans la production motocycliste nippone plutôt portée sur les renouvellements à outrance.

Comment cela s’explique-t-il ?

Cette moto a été conçue initialement pour le marché nord-américain, demandeur comme en automobile de « gros calibres ». Une division spéciale est alors chargée vers 1982 de concevoir un engin qui séduira les consommateurs américains, dopés par le succès du dollar depuis le début des années 1980…

C’est le cabinet GK Design de L.A., dirigé par Ed Burke chef du développement de Yamaha USA, qui va définir les grandes lignes du projet. Il veut du muscle et de la frime, pour coller aux habitudes du pays gavé de grosses voitures aux moteurs énormes, même si les limitations de vitesse sont draconiennes ; d’ailleurs, la tenue de route, le comportement et le freinage de ces véhicules est désastreux – la Corvette mise à part, au moins à partir de sa 4e génération – mais le public s’en moque : il veut du plaisir avant tout.

vmaxlinedrawing

Ce public se défoule des limitations de vitesse strictes en assistant le dimanche à des courses de stock cars où beaucoup de tôle est froissée, ou à des concours de dragsters surpuissants bons seulement à courir le 1/4 de mille en parfaite ligne droite. Les engins sont disproportionnés de l’arrière pour supporter une puissance démoniaque transmise par des roues monstrueuses, tandis que l’avant allégé est réduit à l’essentiel : le guidage (approximatif).

La Vmax puise aussi son inspiration dans les machines de « dirt track« , traditionnelle discipline de course sur une piste ovale en terre où les Harley-Davidson, surtout, ont dominé avec une architecture de type « scrambler » : ligne épurée au maximum, échappements relevés, gros pneu AR et pas ou peu de freins à l’avant… Voir les HD Sporster 883 en livrée orange et noir ou les XR / XRX 1200 pour retrouver l’inspiration qui guida leur design.

Ed Burke placarde alors dans son bureau de design les symboles de l’American Way of Life d’alors : des gros camions, des voitures aux carrosseries arrogantes, les joueurs de football aux armures de chevaliers modernes, les silhouettes bodybuildées de Superman et Wonder Woman, sans oublier quelques filles aux seins généreux dévoilés sans pudeur dans une Amérique encore bien corsetée…

collage_inspiration GKID

Voilà ce qui doit guider l’inspiration du designer : de la testostérone et du muscle, traduits en volumes et en courbes aussi.
Vmax_cutout3D

Par chance, la base moteur existe déjà et se prête facilement au projet : Burke veut l’équivalent du classique V8 automobile et il a à disposition le V4 confortable de la « 1200 Venture Royale », une concurrente de la Goldwing (en gros, un camion à deux roues surchargé de valises et de coffres, rehaussé de peintures pailletées et de dorures en relief). Suzuki fera encore pire dans le genre avec sa « GV 1400 Cavalcade LX » (!).

PA160013

Qu’importe, le moteur revu en profondeur est mis en valeur par deux fausses écopes qui participent du dessin général au point d’en être emblématiques et indispensables. Sa finition noire brillante est contrastée de légères touches d’aluminium brossé : tout évoque une puissance colossale et en effet, elle est là : 143 à 145 HP, c’est coquet en 1984 (la FJ 1100 de 1981 sort 125 HP) même si l’on comprend aussi que l’engin qui va être construit autour pèsera son poids…

PA160001

En quelques esquisses, la silhouette définitive de l’engin est définie : ce sera une réussite majeure du design industriel du XXe siècle, récompensé par une exposition au Metropolitan Museum of Art. Le nombre de jouets, maquettes et accessoires dédiés à cette machine est impressionnant et j’en poursuis une collection déjà assez complète.

[X] ChoroBike Vmax model-2[X] ChoroBike Vmax model No13

Devenue introuvable,   la minuscule Vmax par Choro Bike, (Japon).  J’en ai une montée en porte-clés, la classe !


[X] Vmax Pierrot statue plomb 1449 ex.
Lafouine « domptant » sa Vmax, statue en plomb (série limitée)

[X] Altaya Vmax 1-24maquette métal 1/24
[X] NewRay 1-12 Vmax model-blue boxed[X] NewRay 1-12 Vmax model-black boxed

modèles New Ray métal 1/12

[ ] Aoshima 1-12 Vmax 2004 model kit #0166

[X] Aoshima 1-12 BlackMax model kitmaquettes plastique Aoshima 1/12

[X] porte-clés VmaxBlack 6€ Ebay[X] 1988-Vmax pin 2,49€ Ebay[X] Vmax scoops pin 4,50€ Flash73[X] JBT stylo Pierrot-Vmax 4,50€[X] JBT plaque émail Vmax 10€

 un petit aperçu de ma collection d’objets dédiés à la Vmax 1200

1984 : l’importateur pour la France, le célèbre et regretté ‘JCO’ a fait des pieds et des mains pour avoir 10 Vmax en France, alors que ce marché ne lui était pas du tout destiné. Il les confie pour l’été 1985 à 10 ‘people’ choisis sur St Tropez et du coup, tout le monde en voudra une ! Yamaha accepte alors de couvrir le marché.

Vmax JCO (1985)Jean-Claude Olivier (†) effectuant un magistral wheeling

La Vmax de première génération arrive donc début 1986 avec un tarif assez élevé de 56.000 Fr sur notre marché, lequel deviendra le second mondial pour cette machine… Pas mal pour un petit pays.

D’après JCO lui-même, dans une interview exceptionnelle, Yamaha a failli disparaître dans la première moitié des années 1980 : la marque peinait à innover en moto (plus une seule routière dans la gamme depuis la lourde XS 1100…), sans compter son extrême diversification des instruments de musique et chaînes Hi-Fi aux arcs de compétition, en passant par les moteurs hors-bord, les voiliers de plaisance,… En fait, Yamaha s’est relancée en capitalisant sur la fantastique image portée par le succès de la Vmax, bien supérieure en efficacité au chiffre d’affaires réel généré par un modèle assez peu diffusé dans l’absolu.

Vmax_100_dernières

Le tarif restera à peu près identique en valeur constante jusqu’en 2003, quand les 100 derniers modèles réservés pour la France seront écoulés. Les USA seront mieux servis, avec une fin de distribution en 2007, le temps que la Vmax ‘II’, la 1700, arrive – ce qui est une autre histoire.

Burke a créé un dragster imposant, mais qui ne fait pas peur ; qui a un style affirmé, mais développe une sensualité, une abondance de courbes très féminines.

BlackMax_dirtTrack

Voilà pourquoi tout le monde admire la Vmax, y compris la gent féminine et les vieilles mémés qui d’habitude tremblent comme des feuilles rien qu’en entendant approcher une « grosse moto »…

Vmax_mek

le porte-paquet de chez Mek qui finit parfaitement la ligne arrière de la Vmax.  Il se termine par une anse utile aux manoeuvres de parcage

Selon l’angle duquel on la regarde, la machine apparaît énorme et massive (de l’arrière ou 3/4) avec ses gros échappements-tromblons chromés poli ou noir encore plus larges que le guidon (un piège à connaître en circulation urbaine…).  La devise du Joe Bar Team «Quand les rétros passent, tout passe» n’est pas valable pour la Vmax !

red_Vmax cockpit view

Ou fine et légère (vue de l’avant ou 3/4) et plus étonnant, cela est aussi le cas une fois qu’on s’est lové sur sa large selle très « cavalière » d’allure et de confort. En effet, vu de dessus le moteur n’est qu’un double bicylindre, assez étroit.

Le faux « réservoir » au-dessus le recouvre à peine en largeur mais remonte vite, en courbes douces, vers le court guidon haut perché – le pilote fait alors corps avec sa machine presque autant que sur une super-sportive, l’inconfort en moins.

Vmax_engine_close-up

Osons la comparaison, elle a déjà été faite : chevaucher aussi étroitement la machine toute en courbes sensuelles est très proche d’une position sexuelle et si certains disent « un Vmax » c’est plutôt le féminin qui l’emporte pour la désigner !

couv mag_dernier essai-Fall2003

Malgré l’étroitesse relative du haut-moteur (les carters bas étant plus encombrants), le pilote doit écarter largement les genoux, puisque les deux écopes en aluminium sont là, à faire semblant de gaver d’air les 4 carburateurs magistralement implantés à l’horizontale au centre du V, juste sous l’extrémité des écopes. Elles aident quand même à refroidir les carbus, qui respirent à travers une grosse boîte à air : le « réservoir ».

Cependant, l’impression d’encombrement est bien moindre qu’avec les classiques moteurs en ligne, même à seulement 3 cylindres ; les XS 750 et 850 de la même marque étaient taillées dans la masse et dotées de réservoir très larges malgré cet alignement de 3 cylindres seulement (ces moteurs avaient une sonorité et un agrément d’usage extraordinaires, d’ailleurs).

Yamaha XS 750E - Challes - 1986XS 750 E

Chez Suzuki, la lignée des GS 850 / 1000 / 1100 G était encore plus imposante – style ‘grand tourisme’ oblige… Le moteur de ma 1100 G était tellement gros qu’il dépassait en dessous du réservoir pourtant déjà ‘maxi’…

Suzuki GS1100G - Betton - 1986GS 1100 G

Mais ce qui est le plus frappant lorsque l’on roule avec la Vmax, c’est sa facilité due à un centre de gravité ultra bas, carrément au niveau des pieds.

Le réservoir situé sous la selle ne fait pas varier le CG à l’usage, contrairement aux motos précitées dont l’agrément diminué à raison du remplissage m’incitait à ne jamais faire un plein complet…

Vmax-1999-Pattaya-LakelandWSparklocation d’un rare modèle 1988 – Pattaya, Lakeland Water Ski park, 1999

Résultat : la prise en main est immédiate et tant qu’on reste très raisonnable, la Vmax est un plaisir à conduire même dans les encombrements (sauf en climat tropical : surchauffe garantie…).

En revanche, les manoeuvres à l’arrêt sont difficiles : l’engin est lourd comme une enclume, son rayon de braquage est ridicule et les pots s’accrochent partout. La selle est si large qu’une fois assis, on n’a plus assez de force dans les jambes pour avancer ou reculer si un faux-plat vous a piégé dans un recoin…

pub web Yamaha Vmax 2003

La plupart des propriétaires de Vmax n’utilisent que la béquille latérale, par flemme ou manque de maîtrise du béquillage sur centrale ; celui-ci est pourtant très facile et plus sûr, car il est impératif de vérifier la capacité du sol choisi à recevoir la minuscule palette terminant la latérale… Risque de  chute important !

De plus, presque tout le monde démarre avec la moto penchée et c’est mauvais pour la lubrification cruciale de démarrage : d’accord pour laisser chauffer sur la latérale, mais APRÈS un minimum de pré-chauffage en position droite… Moi, je préfère en première mise en route partir de la centrale, ce qui permet aussi de vérifier tous les niveaux d’un coup d’oeil aux hublots prévus à cet effet.

La résistance du sol est moins un problème avec la centrale, mais il faudra se poser sur un sol très plat si l’on veut arriver à se dégager ensuite… gare aux faux-plats montants et autres fonds de caniveaux en pente !

PA160021

La mise en route est rythmée par le cliquetis préalable de la pompe à carburant (puisque le réservoir est plus bas que les carburateurs), ce qui rappelle un moteur à injection. Puis le moteur s’ébroue dans des sonorités à la fois rauques et veloutées par les échappements très bridés en France – cela en plus de l’absence de la suralimentation statique équipant les machines des autres marchés.

vboost_drawing

Par la faute des parfaits abrutis qui gouvernent alternativement ce pays depuis près de cinquante ans et sont incapable de mener une politique routière intelligente, l’amateur français est privé du V-Boost et des 145 chevaux qui allaient avec. Au fil des normes européennes débiles (pondues par exactement les mêmes idiots qu’au niveau national) et qui s’imposent insidieusement, la puissance passe des 102 HP « réglementaires » en France à quelque 95 sur les derniers modèles comme le mien.

Mais soyons honnêtes : c’est largement suffisant, malgré les 258 Kg à sec de l’engin qui passent à plus de 280 tous pleins faits.

Le moteur pousse franchement à tous les régimes, sans même besoin de changer de rapport ; on ressent même parfois comme une petite douleur dans les reins : du fait du dosseret de selle qui cale parfaitement le pilote, on ne se rend pas compte que la machine accélère tellement qu’on reste sur place une fraction de seconde et serait pendu au guidon façon « Pierrot La Fouine » du Joe Bar Team sans cet appui bienvenu :

[X] JBT Vmax sweatshirt 37,80€Le briefing des copines avant départ est donc impératif : déjà que la portion de selle qui leur est allouée est réduite, elles doivent absolument se cramponner de très près au pilote (ce qui est une bonne excuse pour les rapprochements), si elles ne veulent pas se retrouver dès la première accélération à faire du bare-foot sur le bitume, accrochées aux clignotants…

 

V-MAX 2 V-MAX 1

Girl_fell_off_Tee BikerBITCHFELLOFFSHIRTIMAGE1 « Si vous pouvez lire, c’est que la salope est tombée« . Délicat.

À l’usage, la machine se montre agréable à toutes les allures « raisonnables » : sans protection aucune, il est exclu de rouler vite longtemps, comme pour tous les roadsters desquels se rapproche ce  « custom » (?) – en fait la Vmax est inclassable, formant une catégorie à part qui n’a connu aucune concurrence, pas même celle de la ZL 1000 Eliminator, bien peu convaincante.

Kawasaki ZL 1000 (2)ZL 1000

La ZL 1000 reste une machine rarissime – le patron de la boutique ‘Wanted‘ à Megève en a une dont il se sert régulièrement, c’est bien la seule que j’ai jamais vue ; aujourd’hui seulement, la Ducati Diavel se rapproche assez de ce qu’était la Vmax… mais 30 ans après ce n’est même pas équivalent en termes d’image projetée, si tenue de route et freinage sont certainement sans commune mesure.

JBT_Pierre Leghnome_plastic model

Quant à la Triumph Rocket 2003 avec son tri-cylindre échappé d’un capot de voiture, elle est tellement laide et pachydermique que je la juge hors concours : elle ne se compare qu’à la Boss Hogg a moteur V8 tout aussi marginale. C’est mon avis !

Boss Hoss (essai Maximoto Triumph)V8_bike

Malgré les améliorations de 1993 (fourche et freins AV), le comportement de la Vmax reste approximatif. L’énorme pneu AR de 150mm, record de l’époque (et dépassé par celui de ma… 125 VanVan qui  faisait 180mm !) est comme ce dernier, un pneu-ballon à relativement basse pression qui n’a rien à voir avec les gommards actuels à taille ultra-basse.

yamaha-motor 1999

Le cadre exagérément étiré vers le haut à l’avant, pour entourer la cathédrale mécanique du moteur autour duquel tout est construit, est en chewing-gum ; le pneu AV de seulement 110 pour faire ‘dragster‘ doit encaisser au freinage des forces de pesanteur colossales, accrues par la meilleure efficacité des nouveaux freins à disques flottants.

De plus, les roues ne sont pas alignées : il y a un décalage de quelques centimètres pour raison mécanique ; pas gênant à l’usage, mais toutes ces approximations de géométrie font que la Vmax n’est vraiment pas faite pour enchaîner les pif-paf avec 45 degrés d’angle…

Elle se montre pourtant de très bonne volonté si on sait la manier avec un mélange de douceur, de souplesse et de fermeté. Le tout est de ne pas se laisser surprendre, ni par la vitesse en courbe, ni par le terrain. En revanche, sur le mouillé, il faut tout faire « sur la pointe des pieds ».

WallPaper-vmax1024

C’est une moto pour une certaine catégorie de motard, qui roule habituellement pépère en profitant de l’exclusivité d’une machine exceptionnelle, mais veut avoir de la puissance aisée en réserve et pouvoir « détaler » de temps en temps, en ouvrant en grand.

Je n’ai jamais aimé les sportives creuses et pointues, comme en voiture j’ai vite délaissé les petites bombes pour revenir vers des grosses GT ultra-confortables, mais qui peuvent soudain mettre minable à peu près n’importe quelle auto courante  – même souvent plus puissante sur le papier ; pas étonnant vu  la quantité de bridages parasites qui caractérise les poubelles roulantes d’aujourd’hui… Quitte à rendre la main (ou le pied) en courbes serrées.

Lafouine_Vmax

Comme mes voitures « anciennes » déjà complexes mais encore gérables en termes de mécanique / électronique, la Vmax s’avère assez rustique et facile à entretenir. Les gens qui ont eu des problèmes de transmission sont ceux qui n’ont pas compris que l’arbre était sensible aux inversions trop brutales entre accélération et retenue (= en faisant passer tout l’effort de frein moteur sans gradation ; il faut bien décomposer les rétrogradages et accorder le régime moteur). La seule mauvaise surprise au vieillissement concerne les membranes de carburateurs à dépression, vendues à un tarif exorbitant par Yamaha.

Vmax_statue_plomb2

La consommation de carburant est très mesurée si l’on n’ouvre pas en grand à chaque feu vert (je tournais à 5,1 l/100 Km, comme ma XS750E). Sinon, comme ces mêmes voitures précitées quand on les titille, elle passe vite à bien davantage : ce sera 8,5 – 9 l et plus, comme tous les gros 4-cylindres du marché en fait.

Encyclopédie_imbécile_de_la_moto-p47 L’esprit Vmax ?

En conclusion, il ne faut pas hésiter à se laisser tenter par une belle Vmax, souvent entretenue avec passion. Quant à choisir entre une machine strictement d’origine ou une des innombrables dérivées, customisées avec plus ou moins de bonheur, c’est une question à la fois de goût et de budget !

 

Vmax@PattayaPattaya Park Tower, septembre 2007

 

**********************************************************************

toutes mes motos (1981 - 2004)